#AntinucléairesVSclimat : « Nucléaire : inadapté à un climat dégradé »

Thread initial par @Spades_libre :

Bon, on va commencer par le premier point. 

En cas de canicule, on module en effet la puissance des réacteurs. 
Pas pour des raisons de sûreté, mais pour respecter l’arrêté de rejet.
En gros, on a un circuit d’eau qui pompe depuis la source d’eau, on refroidit notre matériel avec, et on la rejette. 
N’ayant pas le droit de chauffer l’eau au delà d’une certaine valeur, si le débit du fleuve diminue on peut être amené a baisser la puissance.

Je vous cite : « cela conduit EDF a importer de l’électricité a prix d’or »

J’avais un peu de temps à perdre, j’ai été vérifier… Direction le site de RTE. Section sur les imports/exports. On peut choisir des dates, je pars de début juillet à fin août et j’obtiens ceci :

« Chef, le monsieur il dit que sur la période estivale on est exportateurs
– Ouais ben… Faut aller regarder les journées les plus chaudes »

Bon. Alors on va taper les journées les plus chaudes de l’été. Tiens, d’après météo France, y a eu une pointe de chaleur le 26 juillet. 

On refait un tour sur la moulinette de RTE…

Fun Fact: même sur les épisodes les plus chauds, la France exporte de l’électricité nucléaire vers son voisin allemand, la star européenne de l’éolien 😱
On a une belle marge… En été, la consommation électrique française est autour de 50 GW et pas loin du double en hiver. 
Même en baissant la puissance de quelques réacteurs en bord de fleuve en été on est loin de la déroute… (C’est aussi pour ça qu’on y programme des arrêts)

Bon… 
J’arrive sur le point suivant. Le nucléaire « consomme » beaucoup d’eau.
Pardon, j’ai omis d’être alarmiste. 
« Nom de dieu de bordel de merde! Vous vous rendez compte? Le nucléaire consomme de l’eau! On va tous mourir! »

Alors… 
1) Un réacteur nucléaire consomme en effet quelques m3 d’eau par seconde. Et il en rejette exactement la même quantité. On pompe, on refroidit nos matériels, et on rejette.
C’est ce que vous voyez en haut du gros machin gris ici.

2) Allez j’ose… 
La planète dont on se préoccupe, on la surnomme habituellement « planète bleue ». Vous savez pourquoi? 
Parce que de l’eau, on en a PLEIN.
Mais quel mauvais argument que de dire que le nucléaire c’est mal parce que ça consomme de l’eau.. 
On peut reprocher plein de choses à la filière nucléaire (déchets ou autre) mais la consommation d’eau?? C’est tellement pas significatif par rapport au cycle de l’eau mondial..

Je refais un saut eclair sur le point 1… 
Vous dites que 10 réacteurs ont été arrêtés a cause de la canicule.
Les journaux en comptent 4, vous auriez pas ajouté quelques arrêts déjà programmés pour grossir le chiffre ? 

Point suivant. 
« Les réacteurs auront soif »

(Bon les gars, je sais pas qui vous a dégotté vos titres mais ça va pas du tout là.)
Déjà, notons que sur votre dessin, aucun réacteur ne se situe sur une zone rouge, débit d’étiage diminué de moitié.. 

Mais comme on va le voir, vu les ordres de grandeur dont on parle, ça ne serait même pas gênant.

Une centrale, du point de vue sûreté, a besoin de peu de débit. 
Elle utilise des pompes (circuit SEC), débit de l’ordre de 2000 m3 par heure, soit moins d’un par seconde. 

Il y a quatre pompes par tranche (une seule suffit a faire le boulot).
Pour un site 4 tranches, le débit nécessaire est donc de l’ordre de quelques m3 par seconde.
Le débit actuel du Rhône pour prendre un exemple est de plus de 1000 m3 par seconde. 
Le débit d’étiage (débit le plus bas) est de plusieurs dizaines de m3 par seconde. 
–> on a de la marge avant de « crever de soif »

Je précise que je parle ici de débit nécessaire a la sûreté. Quand on en est là, on n’est plus en puissance, ce qui de toute façon ne serait pas problématique, cf plus haut.

Passons à la suite:

Cette fois, le problème serait qu’on a trop d’eau (décidément…). 

Si on émet trop de carbone, le niveau des océans monte, et on connaît la suite…  Quelle meilleure réponse à faire là-dessus que rappeler que selon le dernier rapport du GIEC
[SR15, le rapport spécial dédié aux moyens de tenir le dérèglement climatique sous 1,5 °C d’ici la 2100 paru dernier trimestre 2018], si on ne veut pas produire de carbone les scénarios proposés envisagent entre +50% et +500% de nucléaire.
Dites, , vous avez une remarque a ce sujet ?

En image, c’est mieux :

Je finis rapidement sur l’incident du Blayais, l’innondation de 1999. 
Incident classé au niveau… 2 de l’échelle INES (sur 7).

Et sur lequel un gros retour d’expérience a été entrepris au niveau du parc, ce qui est parfaitement normal.

#fin

Je me permets d’apporter quelques compléments.
Notamment quelques articles de la SFEN :

Ainsi que, davantage en guise d’anecdote, ce tout récent article sur le froid polaire frappant les USA, entraînant des menaces sur l’approvisionnement électrique en raison des pénuries de charbon ou gaz dans les centrales électriques… Que les centrales nucléaires regardent en souriant.

1 réflexion sur « #AntinucléairesVSclimat : « Nucléaire : inadapté à un climat dégradé » »

Les commentaires sont fermés.