Le nucléaire, c’est l’abondance, donc l’excès

Retrouvez ce billet sur Twitter via le tweet ci-dessus

1. Commençons par mettre les gens dans des cases

Selon le philosophe et militant écologiste Dominique Bourg interrogé par France Info :

Le principal risque du nucléaire, c’est aussi la fuite en avant. Le type de société dans lequel on est très destructeur. Il vaut mieux en organiser un autre.

Dans le même article, le chercheur Simon Persico, spécialiste des politiques environnementales, surenchérit :

Les défenseurs du nucléaire sont souvent dans la défense d’une économie très productiviste, favorable à la croissance, alors que les écologistes pensent d’abord à la maîtrise de nos consommations.

Et pourtant, selon moi, qui me considère à la fois écologiste et défenseur du nucléaire, et qui pense que ces deux attributs devraient plus souvent être considérés associés qu’opposés, il est profondément malhonnête d’établit des raccourcis aussi grossier. Pro-nucléaire n’implique pas forcément un souhait ou une croyance en la croissance infinie.

Plus largement, je considère que le recours au nucléaire ne devrait pas être davantage une idée de croissantiste que de décroissantiste, et pas davantage associé à la droite de la politique qu’à la gauche. À mes yeux, le sujet du recours à l’énergie nucléaire transcende ces axes. J’en prends pour exemple deux personnalités pro-nucléaires bien connues en France, Jean-Marc Jancovici, résolument décroissantiste, pour qui la décroissance économique sera délibérée ou subie, mais sera, et Laurent Alexandre, pour qui une croissance économique éternelle stimulée par le progrès technique est une option parfaitement réaliste et souhaitable. Et je note évidemment qu’il en est de même chez les opposants au nucléaire ; certains seront adeptes de la décroissance, de la sobriété, voire d’authentiques lurons de l’effondrement sociétale, et à l’autre extrémité du spectre, des partisans de la fuite en avant, de l’excès, de la croissance : on les reconnaît au fait qu’ils défendent l’éolien et le solaire comme sources d’énergie « gratuite et illimitée ».

Il est, vous l’aurez compris, à mes yeux, complètement insensé de vouloir catégoriser d’un côté « pro-nuc & pro-croissance » et, de l’autre, « anti-nuc & décroissantiste ». Certains franchissent le seuil de l’insensé pour marcher vers la bêtise pure en poussant plus loin cette catégorisation : « pro-nuc cornucopien, technocrate et destructeur de l’environnement » versus « anti-nuc décroissantiste prônant la simplicité du retour à la nature ».

C’est magnifiquement stupide.

Pour l’illustrer de manière plus frappante qu’en citant quelques noms, nous allons voir dans la suite de ce billet un exemple de politique énergétique réelle (pas issue de mon imagination en quête d’un épouvantail), antinucléaire mais pas franchement sobre ni décroissantiste. Au contraire, on parlera plutôt de fuite en avant techniciste en cherchant à compenser l’intermittence des énergies renouvelables tant aimées par de colossales surcapacités de production, une dépendance sans mesure à des moyens de stockage qui, à ce jour, restent à industrialiser, et appelant au recours à tous les artifices qui permettront de piloter la consommation d’électricité à la hausse ou à la baisse selon la météo.

Bref, une fois n’est pas coutume, on va tirer sur l’ambulance et ses sirènes teux-ton.

Le pays Seigneur de la cause anti-nucléaire en Europe, dont les vassaux se nomment Autriche et Luxembourg.

2. Émissions de gaz à effet de Serre en Allemagne

Avant de présenter sa stratégie énergétique à proprement parler, Gauthier vous propose un petit panorama de l’évolution présente et passée des émissions de CO2 de la nation germanique.

C’est ici – et, ayant omis d’en demander l’autorisation, je m’abstiendrai d’en reproduire le contenu dans mon blog. Si passer par Twitter vous révulse, vous pourrez toutefois retrouver le contenu de ce thread à cette adresse.

Mais si vous souhaitez vous contenter d’un résumer – ce n’est pas rédhibitoire pour lire la suite – notez simplement que l’Allemagne n’a aucune fierté à tirer de sa trajectoire passée d’émissions de gaz à effet de serre, et qu’il serait osé de tirer fierté de sa trajectoire courante.

3. L’électricité allemande de demain

3.1. Vue d’ensemble

Le site http://energy-charts.de du Fraunhofer Institute, permet de suivre en quasi temps réel le mix électrique allemand, et fournit une foultitude de données plus macro sur leur parc électrique. Et, depuis peu, il présente aussi l’évolution du parc électrique dans ce qui est le scénario de référence de l’Institut. Avec les objectifs suivants :

  • Sortie du nucléaire en 2022
  • Sortie du charbon en 2038
  • Neutralité carbone du système électrique en 2050 et de la quasi-totalité du système énergétique.

Le site présente d’autres scénarios, dont l’un à acceptabilité sociale réduite, et l’autre à neutralité carbone de tout le système énergétique, par exemple. Mais je ne vais parler que du scénario « Reference« , qui colle aux trois objectifs sus-cités.

Et voilà en une image ce qu’on peut en tirer.

Kolossal, n’est-ce pas ?

Le parc électrique allemand s’est vu multiplié par deux entre 2000 et 2020, il est question d’encore multiplier par deux d’ici 2030 et encore par deux d’ici 2045. Ne parlez plus de sobriété ou de décroissance : on va bourrer les surcapacités en éolien et en solaire pour en compenser l’intermittence. Et malgré tout, il va falloir augmenter la capacité de production de base pilotable (celle qui peut produire tout le temps, en continu et à la demande) qu’on va ambitionner, à terme, d’alimenter au bois et aux carburants issus du Power-to-Gas (les « convertisseurs » se répartissent entre PtG et batteries). Mais voyons plus en détail.

3.2. Énergies mineures

Commençons par ce qui n’est pas présenté par le Fraunhofer. Nucléaire, biomasse, hydraulique et fioul. Faute de données, j’ai fait des hypothèses assez simples. Pour le nucléaire, je me tiens au calendrier de fermetures actuellement en vigueur. Je fais l’hypothèse du maintien à valeur constante de la capacité de production d’électricité à base de biomasse et d’hydraulique. Quant au fioul, un peu arbitrairement, je suppose qu’il va réduire linéairement entre 2020 et 2035, année à laquelle il aura disparu. De toute façon, pour ces trois moyens de production, on va parler de quelques gigawatts de capacité, sur un parc de plusieurs centaines, donc mes possibles erreurs ne changeront pas la donne. Et pour le cumul des capacités en nucléaire, biomasse, hydraulique et fioul, l’évolution est la suivante :

Comprenez bien que je vais vous montrer ici et par la suite des graphiques qui indiquent non pas le parc à un instant donné, mais sa variation d’une année sur l’autre. Par exemple, sur ce graphique précédent, une réduction du parc nucléaire/biomasse/hydro/fioul de 10,5 GW en 2011, mais moins de 0,5 GW seront fermés chaque année à partir de 2023.

Il n’y a rien de particulier à interpréter sur ce premier graphique. On y retrouve la vague de fermetures de centrales nucléaires en 2011 suite à la catastrophe japonaise de Fukushima-Daiichi, puis, jusqu’en 2019, une compétition entre ouvertures de centrales à biomasse et fermetures de centrales nucléaires ou au fioul, dont résulte une capacité cumulée qui varie à la hausse ou à la baisse selon les années. Puis, en 2021 et 2022, deux nouvelles vagues de fermetures de centrales nucléaires auront lieu. À compter de 2023, on observe une progressive fermeture des centrales au fioul jusqu’en 2035, puis plus aucune variation : plus de nucléaire, plus de fioul, et un parc stable pour l’hydraulique et la biomasse.

3.3. Beautiful, clean, coal

Parlons à présent de charbon. C’est de notoriété publique, il n’a pas vraiment diminué ces dernières années. Notez que, contrairement aux idées reçues, il n’a pas vraiment augmenté non plus. Non, les allemands avaient beaucoup de centrales à charbon en 2010, qu’ils ont bien mis à profit à partir de 2011 et la fermeture d’une vaste partie du parc nucléaire, sans toutefois avoir besoin d’en construire de nouvelles – sauf, à la marge, en remplacement des plus anciennes.

L’Allemagne s’est engagée à se débarrasser du charbon d’ici 2038. Mais le scénario dont nous parlons est beaucoup plus ambitieux, et fixe la fin du charbon à… 2035.

Le parc en service en 2020 devrait réduire de moitié, très progressivement, jusqu’en 2034. Et l’autre moitié devrait fermer d’un coup en 2035. J’ignore si la question de la gestion des emplois avec une transition brutale a été soulevée, mais elle a intérêt à l’être si ce n’est pas encore le cas.

Et sinon, ça sera une bonne raison pour repousser la fermeture d’une partie du parc, à 2038 voire au-delà. Comme ça l’a été en France pour les centrales à charbon ou pour Fessenheim. Mais j’espère que, comme en France, on parlera de repousser la fermeture de quelques tranches, pas de 20 GW…

3.4. Brassons de l’air

3.4.1. L’éolien terrestre

C’est du lourd.

L’objectif est de mettre aussi vite que possible fin à l’essoufflement observé depuis 2017, et de repartir de plus belle. Le record historique de 2017 devra être largement dépassé en 2026 et cette cadence soutenue pendant vingt ans. Plus le droit aux fluctuations d’année en année : on veut 5.5 GW de nouvelles capacités qui s’ajoutent chaque année. En plus du renouvellement des anciennes éoliennes. Mais le plus fou reste à venir.

3.4.2. L’éolien offshore

Les ambitions sur l’éolien offshore sont du même type : il faut identifier le record historique d’ajout de capacités, soit 2015. Puis, d’ici 2026, pulvériser ce record, et maintenir le rythme pendant au moins 20 ans.

3.5. Le photovoltaïque

Nous nous élevons à présent vers de nouveaux sommets dans la démesure. Le record historique, lequel s’est maintenu trois ans, était à presque 8 GW installés par an… Et bien l’ambition est d’atteindre, dans le futur, on veut 10 à 15 GW par an supplémentaires ! Les mauvaises années entre 2025 et 2030 devront être meilleures que les meilleures années entre 2000 et 2020.

Je pense qu’il serait intéressant de convertir ça en surfaces de toiture et au sol (le site en source donne la répartition entre les deux). En attendant, essayer d’imaginer la puissance installée cumulée que ça va représenter…

Mais nous en arriveront au meilleur. Parés ?

3.6. Ça turbine au gaz

Non, vous n’avez pas la berlue. Il est bel et bien question de construire plusieurs gigawatts de centrales à gaz supplémentaires par an. Vous en connaissez les raisons : les énergies renouvelables intermittentes nécessitent un moyen de production pilotable en back-up.

Évidemment, promis juré, le gaz naturel sera progressivement remplacé par du biométhane ou de l’hydrogène. Rappelons-nous que l’on veut zéro émissions nettes en 2050. Suffit de développer les bonnes technologies. Et le gazoduc Nord Stream 2 que l’on construit laborieusement entre la Russie et l’Allemagne, dont l’inauguration est toujours espérée en 2020, ne servira pas très longtemps. Promis.

Et en attendant, tant pis pour les émissions de CO2 et de CH4, c’est toujours mieux que le risque nucléaire, pas vrai ? Et s’il s’avérait que la production de méthane ou de dihydrogène de synthèse via le Power-to-Gas est trop chère… Tant pis pour les consommateurs, je suppose. De toute façon, après avoir financé un parc électrique dont la puissance installée dépasse de cinq fois, au bas mot, la puissance maximale appelée sur le réseau, les consommateurs seront-ils à ça près ?

Peut-être, de toute façon, seront-ils trop occupés à lutter contre le déploiement, sur toute la surface du pays, de centaines de milliers d’éoliennes et de lignes électriques Très Haute Tension. Et qu’ils n’auront pas le temps de s’intéresser au climat ou à leur portefeuille. Allez savoir…

Quant à imaginer que l’industrialisation du Power-to-Gas échoue… Mieux vaut ne pas y penser.

3.7. Agrégeons tous ces résultats

Finies les variations annuelles. Dans le graphique suivant, je vous présente, pour chaque moyen de production, quelle sera la puissance électrique totale année après année.

Mais on aura respecté l’objectif de sortie du nucléaire en 2023. Question de priorités.

Là où le parc électrique allemand affichait une puissance de 100 GW, essentiellement pilotable (dont la puissance peut être contrôlée pour s’adapter au besoin), il y a 20 ans, on va aller chercher 400 GW juste pour le photovoltaïque, 250 GW d’éolien, et 150 GW de gaz (garanti sans effet de serre !), d’ici 2050. Soit des augmentations respectives de 350 GW (+700%), 200 GW (+400%), 120 GW (+400%).

En comptant sur les électrolyseurs, les batteries, la méthanisation, l’écrêtement et les interconnexions aux frontières pour équilibrer cette énorme surcapacité et une demande qui devra en partie s’y adapter.

4. Conclusion

Ce scénario, du pays phare de la cause antinucléaire et capitale de l’opposition entre nucléaire et énergies renouvelables, est pile dans la fuite en avant techniciste, qui se traduit par un élan à pleine vitesse dans un scénario en espérant que les verrous auront sauté avant qu’on se heurte aux murs, avec des surcapacités qui font beaucoup plus « culture de l’abondance » que « sobriété ».

Ainsi, aussi absurde que la catégorisation « pro-nucléaire = productiviste croissantiste », est la catégorisation « anti-nucléaire = sobre décroissantiste ». D’ailleurs, je vous invite à réfléchir à ça : pourquoi le recours au nucléaire serait synonyme d’abondance ?

Rien n’interdit de l’utiliser au juste besoin, voire en-dessous des besoins (comme c’est le cas de la quasi-totalité des systèmes électriques qui utilisent du nucléaire dans le monde). Rien n’interdit non plus, cela dit, d’essayer d’en faire une corne d’abondance : c’est un choix de société avant tout. Alors que l’usage des énergies renouvelables va être cadré par des contraintes physiques… Dont la première demeurera l’intermittence et donc le besoin de compenser par d’énormes surcapacités et/ou des moyens de stockage de masse qui restent à développer. Sauf à, cas extrême, se contenter des énergies renouvelables avec leurs problèmes, sans chercher à les résoudre : auquel cas on n’assure même plus le « juste besoin », et c’est plus propice à la précarité et l’effondrement qu’à la sobriété et la décroissance.

Bref, tâchons de tenir à l’écart la réflexion sur les technologies et les moyens de production des guerres de chapelle gauche / droite ou croissance / décroissance. Ce sujet mérite mieux que ces raccourcis. Certes, s’affranchir du manichéisme rend les choses moins simples, mais malgré tout plus lisibles. Ou, du moins, offre au débat l’opportunité d’être davantage fondé sur des connaissances et sur des critères mesurables, voire objectifs, et non plus sur des associations outrancièrement simplistes.

Dans une démocratie, c’est tout de même bien plus sain… À bon entendeur.

8 réflexions sur « Le nucléaire, c’est l’abondance, donc l’excès »

  1. « Le nucléaire, c’est l’abondance, donc l’excès »… c’est bête, pour essayer de prendre le contre-pied de cette affirmation, de passer à côté d’un point crucial : comment faire pour décroître énergétiquement avec du nucléaire ?
    Parce qu’en fait, c’est assez simple : si on sous-utilise une centrale nucléaire, elle est moins rentable (car c’est la construction de la centrale qui coûte très cher, pas le combustible… enfin pour le moment) donc le prix du kWh doit alors fortement augmenter, ou bien l’exploitant fera des pertes. Le nucléaire n’est donc pas fait, par construction même, pour nous emmener vers la sobriété. Et d’ailleurs il suffit de regarder les consommations d’électricité des pays nucléarisés pour s’en rendre compte.
    Or, une société qui cherche à aller vers la sobriété énergétique, qu’est-ce que ça veut dire ? En un mot, cela signifie qu’elle fait décroître sa pression sur l’environnement, qu’elle le modifie moins (cf Jancovici qui en parle régulièrement). Il se trouve que justement, nous avons collectivement un besoin impérieux et surtout extrêmement urgent aujourd’hui de limiter cet impact sur l’environnement : émettre moins de CO2 est fondamental, mais n’est qu’une petite partie de ce qu’il faudrait faire pour rendre notre monde soutenable. Il est nécessaire aussi d’arrêter de déforester massivement, de ne plus artificialiser les sols, de mettre en place des techniques agricoles sans labour, moins mécanisées, de construire moins et beaucoup mieux, de nous déplacer moins, etc…
    En quoi le nucléaire permet-il justement d’aller vers cette sobriété ?
    En revanche, les EnR, de par leur principal défaut, à savoir l’intermittence, obligent de facto à rationaliser les consommations, voir même à se rationner. Dans le cas contraire, on arrive en effet au scénario allemand (qui ne se réalisera jamais) qui, pour assurer la continuité avec le monde d’hier, à savoir une croissance continue de l’économie et aucun changement de paradigme, propose des projections ahurissantes en terme d’extensions de capacités de productions.
    Mais là, ce n’est pas le modèle « tout EnR » qui devrait être critiqué, mais bien le modèle « sans sobriété », qui n’est viable dans aucun cas, nucléaire ou pas.

    J'aime

    1. Les EnR, par construction, nécessitent de fortes surcapacités pour être prépondérantes dans le mix, comme largement démontré. Le nucléaire, tel que c’est également évoqué, non, et donc il suffit, comme c’est le cas dans tous les pays nucléarisés au monde, que la capacité nucléaire soit inférieure aux besoins en électricité pour que celui-ci ne soit pas un frein à la réduction de la consommation. En France par exemple on pourra réduire le gaz, puis la sollicitation des barrages, puis la production nucléaire. Entre temps, on aura renouvelé le parc, probablement avec une capacité moindre.

      Pas d’obstacle à la réduction de la consommation, donc.

      Cependant, une réduction de la consommation d’électricité, à court comme moyen terme, je n’y crois de toute façon aucunement.

      J'aime

  2. Je partage en grande partie vos points de vue et les commentaires sont tout aussi éclairés. Pour compléter je dirais que notre civilisation va nécessairement avoir à apprendre la sobriété d’une manière ou d’une autre dans les 15 années à venir avec la diminution de notre consommation en pétrole pour la mobilité par réduction naturelle de nos capacités d’extraction. L’ensemble des rapports sur les ressources et leurs coûts d’exploitation futurs indiquent une contraction à horizon 10 ans. Le passage vers du tout électrique est dans ce contexte une évidence et le nucléaire une solution moins impactante à court terme. Il faut aussi regarder ce qui va se passer avec la fusion nucléaire d’ici 5 ans.
    Cette énergie pourrait très certainement changer la donne si les objectifs sont atteints.

    J'aime

    1. Certains vous diront, en invoquant au choix le vecteur électrique ou le vecteur hydrogène, et comme énergie primaire la fission (en surgénération), les énergies renouvelables ou même la fusion, que l’on peut tout à fait échapper à cette « sobriété obligatoire ». Hmm… À voir.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s